Les guides

Voici les guides de pratique de thérapie cognitive-comportementale

Guides selon les diagnostics

 

Autres guides

Advertisements

161 avis sur « Les guides »

    • Le guide pour les thérapeutes se trouve dans la section « les guides » et le manuel pour la clientèle dans la section « grand public ».
      Bonne lecture!
      JG

  1. Bonjour
    Je suis diététicienne diplômée et fais actuellement un travail de certification en TCC à l’uni de genève.
    Mon thème porte sur la gestion de la balance chez les personnes souffrant d’obésité et/ou d’accès hyperphagiques avec l’aide de la TCC.
    Lors de cette formation on m’a donné votre guide et j’aurai voulu connaître vos références afin de m’en appuyer pour quelques passages :
    -point 5.5.2 Pesée hebdomadaire : cadre pesée (au lever, le même jour de la semaine etc) + fluctuations rapides reliées au métabolisme de l’eau, fluctuations de 3 kg pas significatives nécessité d’un changement de trois semaines et doit dépasser 3kg.

    D’avance je vous remercie, cordiales salutations

    • Bonjour Mme Luyet,
      Vous êtes probablement mieux placée que moi pour juger de la validité scientifique de ces affirmations et je serais heureux d’avoir vos commentaires à ce sujet.
      En ce qui concerne les fluctuations rapides du poids, Fairburn 2013 (voir bibliographie) à la page 70, mentionne qu’elles sont d’avantage liées à l’hydratation et aux changements au niveau de la vessie et des intestins.
      En ce qui concerne les changements de poids significatifs, il me semble qu’il s’agit d’un continuum et que le seuil de signification est assez arbitraire. Nous souhaitons surtout diminuer les préoccupations et vérifications excessives.
      Espérant ces quelques précisions utiles,
      JG

  2. Je suis actuellement étudiante en M2 TCC à l’université de Lille, je vous remercie infiniment pour ces précieux guides qui vont me suivre du début jusqu’à la fin de ma carrière!

  3. Bonjour, je vous avais déjà fait mes louanges quant à votre ouvrage que j’ai lu plus de 4 fois et que j’ai eu dans 2 cours de baccalauréat et 2 cours de doctorat.

    Aujourd’hui, c’est à mon tour d’enseigner le cours PSY4181 (Thérapie cognitive et comportementale) au sein de l’Université du Québec à Montréal.

    Ainsi, dans le même optique que vous, il y a environ 5 ans j’ai créé un site web de partage de notes et références en psychologie.

    Plus récemment, j’ai créé un onglet pour mon cours que je donnerai à l’automne 2017 et j’aimerais vraiment utiliser certains de vos guides et outils, en plus que votre bouquin sera obligatoire au cours.

    Me permettez-vous de partager vos documents (En mentionnant bien sûr qu’ils proviennent de vous ainsi qu’en mettant le lien pour votre site web)

    Merci d’avance, ce que vous faites est génial et vous êtes une grande inspiration pour moi.

    Veronique Menard, B. Sc., Doctorante en psychologie, membre du registre doctorante de l’Ordre des Psychologues du Québec et doctorante à la clinique ABA et à Sainte-Adèle.

    http://www.PsychoPartage.com

  4. Bonjour et merci de vos réponses toujours positives et rapides.

    L’idée d’une collaboration m’enchante au plus haut point. Malgré que nous ne nous connaissions pas encore réellement, je sais d’emblée que nous partageons 2 grandes passions : La TCC et le partage de connaissances.

    Je ferai tel que vous me l’avez indiqué en mettant le lien vers chacun des guides sur la page : https://www.psychopartage.com/psy4181

    Merci de tout coeur pour le travail que vous faites,

    Bonne journée.

  5. Bonjour,

    Je voulais savoir si vous pouviez m’indiquer des ouvrages, des articles concernant l’émétophobie et sa prise en charge en TCC. Malgrés mes recherches je n’ai trouvé que très peu d’informations.
    Et bravo pour votre site, c’est un vrai trésor !

    Cordialement,

    M.L

    • C’est avec un immense plaisir que nous partageons ces outils. Nous sommes chaque fois ravis d’apprendre qu’ils sont utiles à des collègues et à leurs patients. N’hésitez pas à les partager.
      Nous avons un projet de guide TSPT mais il en est aux premiers balbutiements. Il ne sera malheureusement pas en ligne à court terme. Je vous suggère les excellents volumes de Pascale Brillon (un guide pour les patients et un guide pour les thérapeutes:
      Brillon, P. (2007). Comment aider les victimes souffrant de stress post-traumatique: Editions Quebecor.
      Brillon, P. (2011). Se relever d’un traumatisme: Réapprendre à vivre et à faire confiance: Ambre.

  6. Merci pour votre brillant travail que je viens seulement de découvrir. Il ne me reste plus qu’à lire tout cela pour le mettre en application auprès du public handicapé que je reçois…

  7. Bonjour,
    Je suis Psychologue TCC en France et votre site m’est très utile pour toutes les ressources que vous offrez.
    Vous mettez à disposition des formations pour utiliser les guides, notamment celui du trouble panique. sur le site il est noté que c’est offert par l’IFTCC mais quand on clique sur le lien, c’est payant?
    Du coup est-ce offert ou payant?
    Deuxième question : envisagez vous un guide sur le traitement du jeu pathologique?
    Et encore merci pour tous ces guides et outils!

    • Bonjour Laure,
      L’accès aux outils que nous mettons en ligne tant pour les professionnels que pour les patients est gratuit. L’IFTCC est un organisme indépendant de notre site. Les formations qu’il offre sont réservées aux professionnels de la santé et il y a des frais d’inscription, de même que des attestations de participation reconnues par l’ordre des psychologues du Québec.
      Il n’y a pas de projet de guide portant sur le traitement du jeux pathologique, mais prends bonne note de cette excellente idée. Je peux cependant vous suggérer cet ouvrage grand public:
      LADOUCEUR, R. et COLL. (2000) « Le jeu excessif : comprendre et vaincre le gambling ». Éditions de l’homme.
      J.G.

  8. Bonjour,
    Je souhaite d’abord mentionner que ces outils sont très appréciés! Concernant le guide du trouble panique avec agoraphobie, j’aimerais savoir si vous avez des informations à l’effet de possibles contre-indications à effectuer les exercices d’exposition aux sensations intéroceptives pour des femmes enceintes? Merci.

    • Bonjour Andrée-Anne,
      Nous sommes à chaque fois touchés d’apprendre que les outils que nous partageons sont utiles à nos collègues de toute la francophonie et à leurs patients. Pour ce qui est des exercices d’expositions aux stimuli intéroceptifs chez les femmes enceintes, je ne connais pas de données scientifiques qui portent spécifiquement sur ce sujet. Par contre, il est généralement reconnu qu’une femme enceinte qui n’a aucune complication ni condition médicale associée peut faire de l’activité physique même modérément intense, sans danger. Si la grossesse est compliquée ou que la patiente souffre de problèmes de santé, j’aurais tendance à suggérer de vérifier alors auprès de son médecin. Autre suggestion: être particulièrement prudent par rapport au risque de chute associé à certains exercices, surtout en fin de grossesse où l’équilibre peut parfois être plus précaire.
      Espérant cette réponse utile,
      JG

  9. bonjour, je suis médecin du travail et en 2° année du diplôme universitaire de TCC à Toulouse; mon mémoire porte sur l’apport des TCC dans le sevrage tabagique; je recherche des articles de référence traitant de ce sujet; avez vous un guide sur ce sujet?
    Votre guide sur les troubles du sommeil est particulièrement complet: il m’a bien aidé dans la compréhension du cours que j’ai eu cette année.
    Merci pour cette mise à disposition de connaissances.
    Michèle Rousselet

  10. Bonjour,
    Je viens de suivre votre formation en ligne sur le traitement de l’insomnie. Vous êtes passé relativement rapidement sur les contre-indications concernant certaines conditions. Est-ce que cette forme de traitement est contre-indiquée pour les gens atteints de troubles psychotiques? Est-ce qu’on risque de provoquer un épisode psychotique? Doit-on procéder plus doucement?
    Merci de me répondre!
    Mélanie

    • Bonjour Mélanie,
      Les contre-indications sont relatives et non pas absolues. Il faut être prudent lorsqu’on applique la restriction du sommeil. Lorsqu’elle est appliquée de façon sévère, elle provoque une somnolence passagère. On doit donc recommander d’être très prudent avec la conduite automobile ou toute autre activité qui présente des risques en présence de somnolence.
      La plupart des troubles mentaux risquent d’être fragilisés lorsqu’on procède à une restriction de sommeil. Je suggère, si possible d’attendre que le trouble mental sous-jacent soit stabilisé. On peut ensuite procéder plus graduellement. Par exemple, avec certains patients fragiles, je commence simplement par prescrire des horaires plus réguliers sans faire de restriction. La restriction se fait ensuite de manière graduelle.
      En espérant ces suggestions utiles,
      JG

  11. Bonjour,
    Je suis psychologue à l’Education Nationale en France et doit accompagner une petite fille de 7 ans dépressive (modérée à sévère). Que me conseillez-vous ?
    PS. Grand merci pour vos guides !

    • Bonjour,

      Nous ne traitons pas d’enfants et d’adolescents avec l’approche TCC mais peut-être que les ressources proposées à Marine (particulièrement les manuels TCC généraux pour les enfants et les adolescents et les manuels de traitement pour la TCC chez les adolescents déprimés) pourraient être un point de départ dans vos recherches?

      En espérant le tout utile.

      Cordialement,

      TLN

  12. Bravo et merci pour votre travail précieux. Je suis psychothérapeute et vos guides m’accompagnent au quotidien dans mon travail.
    Je suis à la recherche de guides ou d’articles concernant la prise en charge de la cystophobie ou peur d’avoir envie d’uriner. Auriez-vous des références à me conseiller.

    Encore merci pour vos apports !

  13. Bonjour , Félicitations pour vos excellents travaux. Avez-vous un écrit ou un lien sur le trouble de personnalité limite et comment outiller les clients. Merci Rita Martin

  14. Bonjour, Un grand merci pour votre site, qui est une ressource sécurisante et riche d’informations. Je rencontre actuellement une personne enceinte qui rencontre des troubles dysmorphophobique. Auriez vous des conseils à me partager pour sa prise en charge?
    Merci d’avance pour votre réponse et vos apports qui m’aident au quotidien.

  15. bonjour,
    Tout d’abord merci pour toutes ces richesses d’informations !!!!
    Actuellement infirmière en addictologie et en formation au DU des TCC des addictions à Paris, j’ai pour objectif de créer un groupe de prévention de la rechute au sein du service. Auriez-vous des pistes à me conseiller ?
    D’avance merci,
    cordialement,
    Gwenaelle

  16. Ping : Cyberlettre Juin 2018 | Réseau des bibliothèques du CISSS de Laval

  17. Bonjour, J’apprécie beaucoup vos guides, est ce qu’on peut se procurer celui sur la gestion de la colère en anglais ?
    Sylvie

    • Bonjour Mme Cayouette,
      Nos guides sont écrits en français dans le but d’en favoriser l’accès à la communauté francophone. La plupart des guides existants sont publiés en anglais. Pour ce qui est de la gestion de la colère, je vous invite à consulter la bibliographie où vous retrouverez un bon nombre d’ouvrages en anglais. Parmi ceux-ci, je vous recommande particulièrement le deux suivants (le premier s’adresse aux thérapeute et le second au grand public):
      Kassinove, H., & Tafrate, R.C. (2002). Anger Management: The Complete Treatment Guidebook for Practitioners: Impact Publishers.
      Tafrate, R.C., & Kassinove, H. (2009). Anger Management for Everyone: Seven Proven Ways to Control Anger and Live a Happier Life: Impact.

  18. Bonjour,

    Merci pour ces excellents guides que j’utilise régulièrement dans ma pratique.
    Je travaille actuelle sur le guide de gestion de la colère. A la page 22 on peut lire qu’il faut remettre en question le mythe voulant qu’on doive laisser sortir sa colère. Plusieurs recherches ont montré l’inverse. Même lorsqu’elle est dirigée ailleurs (par exemple sur un objet), la colère augmente la colère.

    Pourriez vous me communiquer la référence de cette étude concernant l’augmentation de la colère lorsqu’elle est dirigée vers un objet ?

    En vous remerciant par avance,

    Bien à vous,
    Laura

    • Bonjour Laura,
      Cette information se trouve dans l’excellent ouvrage de Kassinove: Kassinove, H., & Tafrate, R.C. (2002). Anger Management: The Complete Treatment Guidebook for Practitioners: Impact Publishers.
      Il site l’étude suivante parmi d’autres: Ebbe B. Ebbesen, Birt Duncan, Vladimir J. Konecni,
      Effects of content of verbal aggression on future verbal aggression: A field experiment,
      Journal of Experimental Social Psychology,
      Volume 11, Issue 2,
      J’espère que le guide vous est utile. N’hésitez pas à nous transmettre vos commentaires.
      Cordialement,
      JG

      • Bonjour,
        Je vous remercie vivement pour ces références.
        Je dois utiliser encore davantage le guide avant de pouvoir vous faire des commentaires constructifs.

        Je me permets de revenir vers vous, en espérant ne pas vous déranger :
        J’ai besoin d’une référence d’article scientifique afin de pouvoir justifier qu’il s’agit bien d’un mythe. J’ai donc regardé l’article que vous me conseillez :
        Ebbe B. Ebbesen, Birt Duncan, Vladimir J. Konecni,
        Effects of content of verbal aggression on future verbal aggression: A field experiment.
        Il montre bien que la colère augmente la colère, mais il s’agit dans cet article d’agressivité verbale (sauf erreur de ma part).
        Je suis moi, particulièrement intéressée, par la violence envers des objets comme un sac de boxe par exemple.
        J’ai donc regardé sur Pubmed en cherchant « anger » et « punching bag » mais le seul article que je trouve est celui de Bushman datant de 1995, Catharsis, aggression, and persuasive influence : self-fulffing or self-defeatng prophecies ? Qui ne correspond pas non plus.

        Auriez une référence d’article qui remet en question le mythe comme quoi en frappant dans un objet comme un sac de boxe cela ne fait qu’augmenter la colère ?

        Je vous remercie vivement,
        Bien cordialement,
        Laura

      • Bonsoir, c’est Pierre, je suis actuellement affecté comme psychologue clinicien dans un centre qui prend en charge des enfants déficients intellectuels et autistes. j’aimerais savoir s’il existe des guides et des outils dans ce domaine de la pédopsychiatrie qui puissent m’aider pour peaufiner mes diagnostiques et confirmer mes hypothèses diagnostique, notamment dans les cas des troubles du spectre autistique (TSA) et les troubles du langage.

        Merci d’avance.

        Le 28/09/2018, Thérapie cognitivo-comportementale: guides de pratiques

      • Bonjour,
        Je n’ai pas révisé la littérature sur ce sujet spécifique. Je cite Tafrate qui est une des autorités dans le domaine. Dans son volume il mentionne que plusieurs recherches tendent à appuyer cette affirmation mais il ne cite qu’une étude dont je vous ai fait parvenir la référence. Vous pourriez le contacter pour en savoir plus. Il est à la « Central Connecticut State University ». Voici son adresse et son courriel:
        Raymond Tafrate
        Professor
        R.C. Vance Academic Center 412
        860-832-3147
        TafrateR@ccsu.edu
        Cordialement,
        JG

  19. Bonjour,
    Merci pour la documentation et les audio. Je vais les lire et mettre en pratique. Si j’ai des questions, je vous reviendrai.
    Merci pour ce partage.

  20. Bonjour
    Un grand bravo pour votre abattage scientifique remarquable, un grand bravo aussi pour votre générosité, rare.

    Je suis actuellement aux prises directes avec des jeunes en difficulté scolaire notamment ou présentant des TOP.
    DAns mon travail quotidien de psychologue, les CR strictement cogntivo comportementaux sont soit, schématiques soit ésotériques pour les familles.
    Moi-même, je me trouve assez perplexes, lorsque le diagnostic posé en termes d’idées ou de croyances fonctionnelles, ne rejoint pas la taxonomie classique des troubles ou des structures de personnalité.

    Puis-je solliciter votre générosité de nouveau afin de nous orienter vers une meilleure jonction entre classification TCC et classification DSM par exemple des troubles, parce que pour ma petite cervelle, une croyance dysfonctionnelle est la structure de base d’un trouble mental: un croyance liée aux exigence rigide, structure un comportement compulsif et une attitude obsessionnelle.
    Un guide pareil, qui fasse la jonction clairement sans trop de prudences lexicales existe-t-il ?

    JE vous remercie de nouveau de votre aide exceptionnelle

    Jamel HENI

    • C’est avec un immense plaisir que nous partageons ces outils. Nous sommes chaque fois ravis d’apprendre qu’ils sont utiles à des collègues et à leurs patients. N’hésitez pas à les partager.
      Nous avons un projet de guide TSPT mais il en est encore aux premiers balbutiements. Il ne sera malheureusement pas en ligne à court terme. Je vous suggère les excellents volumes de Pascale Brillon (un guide pour les patients et un guide pour les thérapeutes:
      Brillon, P. (2007). Comment aider les victimes souffrant de stress post-traumatique: Editions Quebecor.
      Brillon, P. (2011). Se relever d’un traumatisme: Réapprendre à vivre et à faire confiance: Ambre.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s